IMPRIMANTE 3D (réalisation effectuée en3011 pour l'ECAV de Sierre)





Imprimante réalisée d'après le kit Thing-o-Matic de Makerbot.

Le montage prit 3 jours, avant qu'elle ne commençe à fonctionner. C'est alors que le vrai travail débuta car il s'avera très vite qu'elle ne pouvait que très mal tourner dans sa configuration d'origine.


1) le software

La première version (replicatorg) n'était réellement qu'une sorte d'ébauche mal finie. J'ai fini par l'employer sur un Imac tournant sous Linux. A l'époque (janvier 2013), les mises à jour étaient quasi permanentes, presque tous les mois.

L'imprimante fonctionnait bizarrement avec Replicatorg: moteurs bruyants, Gcode très lent, Python erratique, Skeinforge abscon, etc. Tout cela jusqu'au jour où j'ai installé Makeware. Ce fut une nouvelle naissance, et tout devint plus simple et plus fiable.


Le seul avantage de Replicatorg sur Makeware était qu'il lisait plus facilement des fichiers STL corrompus.


2) la rigidité:


Problème résolu par le montage d'une plaque alu de 10mm d'épaisseur placée sous l'imprimante, dotée de deux poignées pour le transport, de 4 vis pour le réglage des niveaux et bien sûr d'un niveau à bulle. Essentiel.


3) La tête d'impression (MK7 extruder)


La version d'origine était une insulte à la mécanique, avec son galet presseur et son carter plastique. Ce n'était franchement pas possible d'améliorer une chose pareille: je l'ai dont refaite à partir de zéro. Le galet presseur est maintenant un roulement à bille dont le couple est réglable manuellement sans outils, monté en antagonisme avec un autre roulement pris sur l'axe du moteur à pas. Plus de bourrage ou bloquage. S'il devait en avoir un, il serait règlé en une minute. Le refroidissement est effectué par un ancien radiateur de CPU Macmini, alimenté par un ventilateur quelconque.

     

4) Le dévidoir


Impossible de laisser la bobine simplement posée à côté. Le premier prototype de dévidoir, qui fonctionna une année, était un axe déporté au-dessus de l'imprimante. C'était bien, mais perfectible car demandant quelques manoeuvres lors de la pose de bobines de diamètre différent. La dernière mouture est donc 2 rouleaux montée sur 4 roulements.Il n'y a plus qu'a poser la bobine dessus et ça marche.


5) Le témoin de l'avancée du fil


Il permet de constater si le fil avance même de loin. Consiste en un simple moteur à courant continu relié à l'un des rouleaux par une courroie. Le courant produit par l'avancée du fil alimente un cadre mobile.


6) La pompe à vide


Elle permet de plaquer un support plastique (couverture de CD, feuille plastique, etc) sur la plaque de base et de l'y maintenir sans adhésif par simple vide d'air. L'air est pompé par dessous à travers 2 buses. La pompe elle-même est une pompe à palettes graphite provenant d'un vieux scanner d'imprimeur.


7) le réglage des niveaux de la plaque de base


Il est effectué par serrage de 6 vis situées autour de la plaque. Ces vis écrasent un tube silicone faisant l'étanchéité sous la plaque, permettant de distribuer le vacuum.


8) la plaque de base


Les connecteurs ont étés abaissés, ce qui permet de mettre des supports d'impression plus grands que la plaque de base.


9) le témoin de vacuum


Permet de voir si le  vacuum est effectivement fait sous la pièce à imprimer.


10) Lampes LEDS


Permettent de mieux voir les impressions en cours.






Toutes ces indications sont ici partagées pour permettre à ceux qui auraient aussi construit une imprimante comme celle-ci de l'améliorer.