MORENO (Horloge pneumatique, mai 2002)

L'idée d'origine était de faire une horloge appellée "Pierre Tombale", montrant des heures progressives devant et dégressives derrière. L'austérité et la tristesse de la forme devait ensuite être court-circuitée par une mécanique squelette complètement baroque coincée en sandwich entre deux plaques de verre. Le châssis inox fut soudé début 2001, et resta ainsi une année à attendre de meilleures idées. Car il fallait que cette horloge-là me lave de la sobriété de pièces telles que Florence, Skyport ou le Chronolithe.

La construction reprit donc en février 2002 autour d'un moteur de balancier pneumatique, à l'instar de "Skyport". Elle devait intègrer tout plein d'éléments disparates détournés de leurs fonction initiale pour se mettre à son service. Le principe de base est comme d'habitude assez simple: la chute d'une bille par heure souffle contre le balancier dans le sens de l'oscillation, et la suite du mouvement est assurée par l'inertie du pendule. L'ordre de déblocage étant donné à mi-chemin du passage du balancier, elle devait obligatoirement suivre un parcours lui faisant perdre une demi-seconde avant qu'elle ne chute. (car sinon sa force aurait agi comme frein et non comme moteur.)


Avant                                      Arrière                               Profil

Chaque demi-heure, un moteur soulève la bille par l'intermédiaire d'une chaîne et un aimant.

La bille entraîne finalement une fourchette qui soulève une cuiller à soupe dans laquelle chute la bille en fin de course.

La cuiller descend alors,

libère ainsi la bille

qui effectue sa demi-seconde de parcours avant de chuter dans une cuiller à café,

puis dans un tube de verre. En tombant, elle pousse un levier qui pousse un piston qui souffle contre le balancier qui repart pour une heure. C'est aussi simple que ça.

Les composants, eux, ne sonnent pas mieux qu'un poème de Prévert: Piston inox d'appareil médical, chalumeau découpeur, lustre à gaz des années 1800, machine à coudre des années 1900, détendeur de poste à souder, bronze d'étiquetteuse de chaîne d'embouteillage, optiques de caméras, chaîne de photocopieuse, lampes de chevet, transmissions de balances, manomètre de pression, klaxon de voiture du début 1900, tuyauterie de pompe cryogénique, potence de vélo, réducteur de pression hydraulique, plomberies diverses, un bout de trompette rescapé de la lampe de la Grenette ainsi que d'autres pièces moins avouables. Beaucoup me furent offertes par un brocanteur qui vient souvent se délester chez moi de ce qu'il ne peut vendre... (Moreno est son nom) Parmi les pièces qui ne furent finalement pas retenues figurent un bec de pompe à essence et un vieux parcomètre: on peut donc aisément imaginer qu'on a échappé au pire.

Matières employées: bronze, étain, laiton, aluminium, inox, fer, fonte d'acier, argent, invar, mercure et verre. Environ 60 kilos et 1m70 de haut.

"On peut croire qu'il s'agit d'un retour à mes anciennes amours: les objets détournés. Mais la différence est ici de taille: il y a dix ans, j'étais obligé de les employer simplement par manque d'outillage, de connaissances et de moyens. Comme je ne pouvais pas usiner, je récupérais tout ce que je pouvais. Cela a maintenant changé, et il m'est devenu plus facile de fabriquer des pièces sur mesure plutôt que d'en adapter des existantes. Mais comme j'ai gardé l'amour des objets simples, j'ai tenté ici d'en détourner quelques uns pour les faire revivre dans cette horloge. Aucun des objets employés ici n'est inutile ou seulement décoratif: tous ont leur fonction bien précise et l'horloge ne pourrait pas fonctionner s'il en manquait un.

Et voici les premiers graphiques de Moreno (12 mai 2002). Les lignes grises horizontales correspondent à 100 millionièmes de secondes. Les lignes verticales correspondent aux échantillons: un toutes les minutes. Les lignes verticales blanches correspondent à la chute de la bille. Nous voyons donc clairement tout le travail qui reste à effectuer: avancer la chute de la bille de quelques millièmes de secondes, de manière à éliminer ces raies blanches, puis enfin redescendre l'ensemble du graphique pour atteindre le point médian.

Vidéo clips

HOME